L’étrange Noël de Monsieur Jack : souvenirs d’enfance et coup de cœur intemporel

nightmarebeforexmas

Noël est passé, mais je vais vous parler ici d’un film que l’on peut regarder lors de n’importe quelle occasion ou période de l’année. Je l’ai écrit dans ma présentation : je suis une immense fan de l’univers de Tim Burton, et quoi de mieux pour inaugurer la rubrique films, que de parler de mon film d’animation favori ? Burton n’a d’ailleurs pas été aux commandes de celui-ci car il travaillait sur l’une des adaptations de Batman qu’il a réalisées. Pour autant, L’étrange Noël de Monsieur Jack porte l’empreinte de son univers si particulier et compte tout de même parmi ses films car l’univers, les personnages et le style graphique sont de lui.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, pour la petite anecdote : la grande histoire d’amour entre Burton et moi est née il y a des années, lorsque j’étais en CE1 ou en CE2. Les enseignantes avaient réuni plusieurs classes, dont la mienne, pour leur faire visionner un film. C’était la toute première fois que j’étais confrontée à l’univers de Tim Burton ; et ça à été un véritable coup de foudre. Au point que j’ai demandé à mes parents de m’acheter le DVD, que je n’ai cessé de regarder en boucle et fini par connaître les chansons et dialogues par cœur. Et ce, encore aujourd’hui. Autant dire que regarder ce film avec moi en français, c’est se confronter à la possibilité de m’entendre faire écho aux répliques des personnages et aux chansons, ce qui peut être aussi amusant qu’agaçant…


nightmarebeforexmas

De quoi ça parle ?

L’histoire se déroule dans la ville d’Halloween qui regroupe une armada de créatures de mythes : loups-garous, sorcières, vampires, squelettes et autres joyeusetés. On suit le personnage du squelette Jack Skellington, aussi appelé « The Pumpkin King ». Lassé de sa sempiternelle routine dans cette ville qui ne connaît d’autres célébration qu’Halloween, il décidera de s’approprier la fête de Noël après avoir découvert par hasard « Christmas Town », la ville de Noël.

tumblr_ogleh3cpjt1vkhpmwo1_500

Cette scène m’a toujours fait rire ↑

Qu’est-ce qui fait le charme de L’étrange Noël de Monsieur Jack ?

 

Dans un premier temps, l’univers. Le concept de créer une ville réunie autour de la thématique d’une fête –Halloween, Pâques, Noël, etc.- est original et inventif. Je ne sais pas vous, mais je ne suis jamais tombée sur des histoires avec cette particularité depuis que je connais ce film. Ce concept est d’ailleurs présenté avec une certaine forme d’humour, malgré leur apparence effrayante ou repoussante, les personnages sont en quelques sortes comiques, que ce soit à cause de leur voix trop haute perchée ou de la théâtralité de leur attitude qui les rend plus amusants que terrifiants.

tumblr_oecn50hpaa1sfj44oo1_500

Pas effrayants pour un sou, je vous dis ! ↑

Ensuite, les personnages. L’autre principal protagoniste de cette histoire est Sally, qui a été créée de toutes pièces par un savant, et n’aspire qu’à la liberté que son créateur lui refuse. Jack et Sally se complètent parfaitement : il est totalement irrationnel à cause de son obsession pour Noël, tandis qu’elle est beaucoup plus sensée à ce sujet. Hormis ces deux personnages, tous les autres, avec les caractéristiques que j’ai citées plus haut, apportent une ambiance toute particulière : drôle, décalée, unique.

Pour finir, parce que quand on y regarde de plus près, l’histoire est touchante. On est confronté à un personnage qui n’a connu toute son existence qu’une seule manière de vivre, une seule et même vieille routine qui a fini par le lasser. On perçoit d’ailleurs sa lassitude, son désarroi et sa confusion dans ses chansons. Mais lorsque Jack découvre « Christmas Town », il est intrigué, subjugué, et sa déprime s’envole au fur et à mesure que germe dans son esprit l’idée de s’approprier une fête et un univers qui ne sont pas les siens. Notre Roi des Citrouilles est confronté à une véritable crise d’identité, et soyons honnêtes, qui d’entre nous n’en à jamais connue, ne s’est jamais remis en question, n’a jamais voulu se lancer dans quelque chose de nouveau pour raviver la flamme ?

Et petit plus, la bande originale est sublime. Les chansons nous trottent facilement en tête, qu’il s’agisse des paroles ou de la mélodie. Danny Elfman s’y est attelée comme pour la majorité des autres films de Tim Burton et le résultat est dynamique et entraînant, ce qui apporte une fois de plus un contraste avec l’univers qui semble, à première vue sombre.

Les graphismes des films d’animation de Tim Burton plaisent ou non, ses personnages aux grands yeux, très élancés ou au contraire très trapus ne sont pas toujours du goût de tout le monde. C’est un peu comme avec une bande dessinée, on aime ou non le coup de crayon de l’auteur. Mais si jamais c’est un aspect qui vous rebute, vous ne regretterez pas de passer outre, car les histoires de Burton sont des mines d’or d’inventivité et de poésie.

fghj

Avez-vous déjà vu ce film ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Si non, convaincus et prêts à sauter le pas ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s