The Winner’s Curse de Marie Rutkoski

the_winners_curse

resume

Gagner peut être la pire des malédictions…

Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la  » malédiction du vainqueur  » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise.

Elle ignore encore qu’elle est loin, bien loin, d’avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.


mon-avis

La première fois que j’ai entendu parler de The Winner’s Curse a été sur la chaîne booktube d’Opalyne. À l’époque, on ignorait que ce livre serait traduit en français plusieurs mois plus tard, chez Lumen. Je m’étais alors résolue à lire la saga en anglais et ça tombait à point nommé : je souhaitais me lancer dans la lecture VO pour maintenir mon niveau d’anglais, mais je ne savais pas vers quel livre me tourner. Ajoutons à ça qu’Opalyne avait su me convaincre dans sa vidéo : elle y avait vanté l’univers riche et prometteur. Maintenant que j’ai lu le roman, je ne peux que confirmer ses dires.

J’ignore comment vous le percevez, mais je trouve que le résumé met l’accent sur la relation qui va se développer entre Kestrel et Arin, et nous laisser suggérer la potentielle romance qui va en découler. N’étant pas friande de romance, surtout lorsque cette dernière prend le pas sur une intrigue et un univers riche, je craignais que la relation entre les deux protagonistes n’éclipse le monde et l’histoire que Marie Rutkoski à mis en place. Et mes craintes ne se sont pas confirmées. Il est vrai que le lien entre les deux personnages est central, mais cela va bien au-delà de ce que l’on peut imaginer. C’est une relation complexe en raison de leurs intérêts respectifs différents et de leurs statuts sociaux opposés. Mais c’est aussi, et avant tout, le déclencheur des éléments clés du récit.

L’auteure a je trouve, bien su doser et mener son histoire. Les intrigues, les jeux de pouvoirs et la manipulation sont au cœur du roman. La relation de Kestrel et Arin parvient à nous intriguer et nous tenir en haleine, elle évolue pas à pas, sans précipitations, et c’est réellement appréciable. La mise en place de l’univers se fait progressivement, grâce à de petits détails glissés dans la narration aux moments opportuns : nous ne sommes ni noyés sous une foule d’informations, ni en manque de ces dernières. Le monde dans lequel évoluent Kestrel et Arin possède ses propres us et coutumes, ses propres subtilités et je suis certaine que l’on en découvrira encore beaucoup d’éléments dans les deux prochains tomes, et qu’ils enrichiront d’avantage cet univers déjà prometteur.

Si l’univers de The Winner’s Curse compte parmi un des points forts du roman, c’est aussi le cas des personnages principaux. Kestrel est une jeune fille stratégique et réfléchie, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, et son tempérament reste constant tout au long de l’histoire. Dans certains romans, on est parfois confrontés à des personnages dépeints d’une certaine manière et qui changent de comportement, soudainement, sans aucune logique ou raison apparente. Ici, bien qu’elle soit confrontée à des choix qui vont la tirailler, Kestrel suivra toujours ses convictions, et il en va de même pour Arin. Dans la quatrième de couverture, on insiste sur le fait qu’il à des secrets à cacher. On insiste sur ce fait durant une bonne partie du roman. J’ai crains pendant un instant que l’on tombe dans la caricature du personnage masculin mystérieux et ténébreux que l’on croise (bien trop) souvent. Même si je n’irais pas jusqu’à dire qu’il ne correspond pas à certains clichés de ce genre, il reste un personnage nuancé et avec un certain potentiel.

Les personnages secondaires, en revanche, sont un peu mis de côtés, voire un peu plat et sans reliefs comparé aux personnages principaux. Je trouve cela dommage car ils peuvent parfois être une réelle valeur ajoutée dans une intrigue.

Pour ce qui est du niveau d’anglais, il est relativement simple et facile à comprendre. Je craignais d’être un peu perdue face à certains mots spécifiques à cet univers et concernant le vocabulaire militaire, mais cela ne m’a pas posé de problèmes. Le récit est fluide car dépourvu de longues descriptions, l’auteure va à l’essentiel. Le roman est rédigé dans un anglais courant et accessible, si vous êtes habitués à lire des textes dans cette langue. 

Pour conclure, je pense que The Winner’s Curse est un bon compromis pour les lecteurs qui apprécient la romance, et ceux qui aiment les univers fantasy. N’étant pas attirée par les histoires d’amour, je me suis davantage focalisée sur le second aspect du roman et j’ai été relativement satisfaite.

quelquescitations

Looks like someone’s suffering the Winner’s Curse. p.15

He knew the law  of such things : people in brightly lit places cannot see into the dark. p.53

A kestrel is a hunting hawk. p. 116

Happiness depends on being free, and freedom depends of being courageous. p. 193

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s